La réponse à cette question est Oui et Non, et je peux m’expliquer sur ce qui ressemble à une non-réponse.

Pour moi, si la réponse à cette question est l’une des plus simples au monde, je suis bien conscient qu’elle est l’une des plus difficiles interrogations et peut-être même la plus vieille de toutes parmi celles que se pose l’homme depuis qu’il peut se poser des questions.

En effet, si je dis que cette question est très simple c’est parce que la preuve de l’existence de Dieu se révèle à nous de façon personnelle et est particulière à chaque individu que nous sommes, mais elle devient encore plus éloquente, quant nous parvenons à nous identifier à des entités plutôt qu’à des individus.

En tant qu’entité, nous prenons aisément conscience de notre nature unique, et même s’il est vrai que le terme d’individu désigne un être vivant indivisible ( du latin individuum) donc unique d’une certaine façon, cet état de conscience est encore trop banal pour saisir la différence entre l’objet, l’élément que nous représentons dans un groupe, une société et qui fait de nous des individus au sein d’une espèce ou dans une classe précise, plutôt qu’un sujet, ou une personne à part entière.

Pour faire simple, disons que quand nous arrivons à nous élever au dessus de notre appartenance à un certain nombre de catégories, notre perception des preuves de l’existence de Dieu se fait plus claire, mais encore une fois et comme je l’ai dit, c’est une expérience personnelle qui très souvent échappe à tous ceux qui ne sont pas à ce niveau de conscience.

Ce dont je parle ici n’a absolument rien à voir avec une expérience mystique ou philosophique, et ne requiert aucune initiation ou exercice intense sur des réflexions profondes sur notre nature humaine; il faut tout simplement rester humain et faire plus attention aux changements profonds que nous subissons au cours de notre vie, depuis l’état de nourrisson jusqu’ à l’âge adulte en passant par l’adolescence.

J’ai parlé d’état de conscience, et le faisant, j’entend par là ces étapes de notre vie qui font qu’à un certain moment, certaines choses nous apparaissent plus clairement que d’autres, alors qu’on ne se souvient plus des premiers étages qu’on a gravi pour être à des niveaux plus éclairés sur le chemin de notre évolution.

En effet, la quasi totalité des être humains, n’a aucun souvenir de sa vie, de la naissance jusqu’autour de quatre à cinq ans environ, mais tout le monde croit à tout ce qu’on raconte sur lui à cet âge là parce qu’il y avait avant que l’on ne soit éveillé, des parents pour nous faire le récit de notre insouciance, j’ai failli dire de notre inconscience; aujourd’hui on peut enregistrer presque toute la vie d’un bébé, de la naissance jusqu’au moment où il commence à se souvenir de lui même de sa vie passée. Mais alors qu’en est t’il de cet état de conscience avant même notre conception et après notre mort? le commun des mortels ne s’en souvient pas, je devrais plutôt dire que le monde entier pense qu’il n’a jamais existé avant et qu’il disparait totalement quand nous mourrons; en somme nous somme née du néant et retournons à ce même néant à notre mort. Pfffff!

Où est ce que je vais avec ça? Eh bien ce que j’essaye de dire, c’est que des choix ont été faits pour nous ( pour rester dans le cadre stricte de la vie), sur le chemin de notre évolution en tant qu’être humain, qui ont atrophiés certaines de nos capacités à capter clairement la présence de Dieu au cours de notre vie, au point où les moyens naturelles dont nous avons été dotés à la naissance, ont été remplacés par d’autre moyens qui ne sont pas adaptés à comprendre ou tout simplement , qui ne sont pas conçus pour décoder les signes de l’existence de Dieu.

Certaines personnes en aiguisant l’ approche intellectuelle de l’existence ont fini par être convaincues qu’on ne peut appréhender Dieu que par le raisonnement logique, donc par le mental ( représenté par l’Âme ici), ceci en négligeant l’Esprit qui est le principal canal qui nous permet d’entrevoir on ne peut plus clairement ces preuves là; et parce que jusqu’ici, ils n’ont pas réussi à rencontrer Dieu au bout de cette voie qu’ils empruntent et où ils ne le trouveront jamais, ils ont soit décidé de douter de son existence ( pour ceux qui continue à le chercher là bas), ou tout simplement de nier son existence pour ceux qui sont convaincu de ne jamais le rencontrer à la fin de ce voyage avant même d’avoir achevé ce parcours.

Cet état de conscience, ou si vous voulez ces niveaux de conscience dont je parle, ce sont ces moments de notre existence où chacune des dimensions de notre personnalité s’éveille et se met à notre dispositions pour nous permettre d’affronter la vie et confronter les étapes naturelles qui se dressent devant nous sur le chemin retour vers la réintégration à l’essence primordiale d’où nous provenons ( Oui, nous sommes des entités en état de chute, nous en reparlerons).

Ainsi, et exactement comme il est inscrit dans nos gènes, notre Corps à la puberté active toutes les hormones nécessaires à notre survie physique dans ce monde, tandis que notre Âme commence à ne plus croire au Père Noël et à bien d’autres choses de notre temps d’insouciance, et au bout de cette chaîne de transformation, notre Esprit s’éveille du plus profond de nous pour apporter les réponses à cette envie qui nous a poussé à vouloir être un enfant de choeur et servir à la messe au côté du curé de la paroisse du quartier.

Aujourd’hui, ces gens qui dominent le monde et qui n’utilisent que leur intellect (donc leur âme), pour expliquer tout ce qui se passe autour d’eux et en eux, laissent mourir leur Esprit en faisant un mauvais usage de leur Corps pour apporter des réponses aux questions de l’existence, qui parce qu’elles sont mal formulées de par le mauvais choix des canaux empruntés pour avoir les bonnes réponses, détournent du bon chemin, l’humanité.

Ainsi, pour couper tout chemin à tous ceux qui leur reprochent d’avoir raté l’encadrement des adolescents à la puberté afin qu’ils et elles canalisent mieux la force des hormones auxquelles ils et elles étaient en proie par exemple, certains parent ont décidé de couvrir leur échec en acceptant par exemple que certain de leurs enfants naissaient gay ou transgenre, sans que la science par laquelle ils jurent, ne puissent aujourd’hui attester cette affirmation. Mais il faut aussi admettre que les malformations congénitales ne sont pas seulement que d’ordre physiologique. Et notre évolutions étant dynamique tout au long de notre vie, il peut aussi arriver que nous soyons contraint à des déviations conscientes ou subconscientes plus ou moins importantes.

Ce que j’essaye de dire ici est simple. Le Corps, l’âme et l’Esprit sont des éléments qui constituent ce que représente les entités vivantes que nous sommes, et chacun d’eux à une fonctions essentielle pour que nous puissions marcher comme il se doit, exactement comme la main à une fonction différente de celle de la bouche ou même de l’anus, même si tous travaillent pour l’harmonie de l’être que nous sommes.

Le Corps que nous portons a son rôle bien précis à côté de l’âme ( l’intellect), tous les deux liés à l’esprit. Quant à la puberté le corps commence a connaitre des transformations, l’âme aussi est assaillie par des questions que nous ne nous posions pas étant enfants. Le malheur c’est qu’à ce moment précis, la petite voix qui se trouve au fond de nous et qui représente notre esprit, s’élève elle aussi pour nous guider et nous aider à trouver la balance entre la furie du corps et la folie de l’âme; malheureusement, elle est vite étouffée soit par une trop grande importance que nous accordons à l’âme, ou à notre corps et ceci à son détriment. Ainsi, plutôt que d’apprendre à écouter cette voix qui vient de notre esprit, pour ainsi prêter plus attention au message qu’il nous apporte, soit nous usons de notre intellect pour essayer de décoder ce langage qui n’a pas été conçu pour notre âme; d’autres laissent libre cours à leur corps pour essayer de retranscrire ce code que seul l’esprit comprend.

Depuis que l’homme existe, la tradition lui a été léguée pour la bonne utilisation de chacun de ces different canaux, afin que du travail d’équilibre entre ces trois dimensions de notre nature, nous puissions nous accomplir et nous élever de notre état de chute pour nous replacer dans notre essence primordiale.

Pour diverses raisons que nous expliquerons à un autre moment, l’homme n’a pas su perpétuer cette tradition qui consiste à assister chaque génération qui suit, à la bonne utilisation de ces différents canaux que sont notre corps, notre âme et notre esprit, et aujourd’hui on se retrouve à vouloir par exemple comprendre Dieu avec notre intellect, alors que l’âme n’a pas été conçu pour ça; c’est la même chose pour ceux qui essayent d’atteindre le paradis en usant leur corps qu’ils poussent dans des expériences plus jouissives les unes que les autres, aux cours d’explorations plus ou moins profondes; là aussi, ils se trompent parce que le Corps n’est pas fait pour ça.

La prière et la méditation, sont principalement des pratiques qui sont à notre disposition pour pouvoir mieux user de notre esprit pour régler l’harmonie entre les trois dimensions de ce que nous représentons pour trouver dans le chaos de l’existence, notre chemin vers notre vraie destination.

Mais la méditation plus que la prière je devrais dire, tout simplement parce que la méditation c’est un peu comme apprendre à piloter pour pouvoir se transporter soit même, tandis que la prière c’est un peu comme emprunter un taxi pour atteindre une destination avec tous les risques qu’on cours à voir le conducteur nous faire emprunter des chemins qui n’ont rien à voir avec notre destination, ou tout simplement nous faire croire qu’il connait notre destination, en nous faisant tourner en rond pour à la fin vous laisser en rade après nous avoir perdu le temps. Le malheur c’est que des fois, on lui paye même la course avant d’arriver à destination. Mais bon la prière, ça peut être aussi comme louer une voiture qu’on conduirait soit même; la différence avec la méditation, c’est que c’est comme quelqu’un qui non seulement pendant qu’il apprend à conduire, acquiert aussi de grande notions en mécanique, tout en épargnant assez d’argent pour s’acheter sa propre voiture qu’il utilisera pour se conduire à bon port.

Pour ceux qui connaissent le rôle de ces trois canaux et savent comment utiliser ces trois dimensions de leur nature humaine, il ne fait pas de doute qu’ils savent plus sur l’existence de Dieu que ceux qui pensent pouvoir grâce à la philosophie, résoudre cette question ( Dieu n’a jamais été une question à résoudre), quand d’autres par la recherche effrénée du plaisir on choisi d’user de leur sens et tout ce que leur offre leur corps pour déguster le nectar et le cramoisi.

Ainsi donc, pour tous ceux qui usent de leur esprit, Dieu existe, et pour les autres il n’existera jamais, tout simplement parce qu’ils n’utilisent pas le bon moyen pour le rencontrer.

Jacques Faran K. / Original text in English

Share this post

%d bloggers like this: