Il y a la légende, mais la vie de tous les jours auprès de ces femmes, a fait de moi un témoin privilégié de la noblesse de la lignée de ces mères, sœurs et filles qui règnent sur nos existences. Depuis la nuit des temps, depuis les balbutiements de la formation de cette belle nation qu’est la Côte d’Ivoire, elles ont toujours été là, piliers au sein de leurs familles, âme de ce peuple qui a toujours su assurer la survie de cette espèce humaine qu’elles magnifient si bien. Mais qu’en est t’il de cette jeune génération de femmes baoulés nées intègres mais qui vit dans le doute aujourd’hui? Porte t’elle encore avec courage comme les ancêtres, ce flambeau pour éclairer le chemin du destin des hommes que nous sommes?

Cette petite voix au fond de moi

Ceci n’est pas une ode, ni un poème, encore moins un chant à la gloire de la femme baoulé pour caresser son égo ou même le mien, pour la raison simple que je fais partie de ces hommes chanceux qui sont nées d’une de ces créatures exceptionnelles? Non, c’est juste un message qui m’a été révélé et que je me permet de diffuser ici, sans plus; et si cela tonne comme un hommage, et bien tant pis elle le mérite, mais pour moi, c’est plus que cela, c’est une prière en soutient à la femme baoulé d’aujourd’hui, cette femme moderne qui doit jongler entre le lourd héritage de la tradition et les facéties de cette ère ingrate, tout en ayant la lourde tâche de former la femme de demain. eh bien, saches que tu as trouvé grâce auprès du Tout puissant, qui dit qu’Il a entendu tes sanglots et qu’Il voit la peur qui t’assaille en ces temps troubles, au point où tu songes à démissionner pour emprunter des chemins qui ne sont pas fait pour toi. Je l’ai entendu dire qu’Il va renouveler sa confiance en toi afin que tu continues de porter la lanterne de l’espoir de ce pays, pour qui s’annoncent des jours radieux mais tumultueux avant que nous y soyons.

Ni prophète, ni pasteur; juste des oreilles qui entendent

J’ai abordé depuis peu, la dernière ligne droite de ma vie ( il y en a fondamentalement trois), et je suis heureux que toutes les expériences que j’ai vécues me servent aujourd’hui à mieux comprendre et interpréter ces silences et ces murmures du fond de mes méditations, qui aujourd’hui plus que jamais se font de plus en plus clairs. Ce message destiné à la femme baoulé, ne m’a pas été confié personnellement, dans ce sens que je n’ai pas été mandaté pour le délivrer, mais sa teneur est telle que je ne pouvais juste me taire et faire comme si, il n’était pas venu à moi, ou que je ne l’ai pas intercepté par hazard au cours de cette magnifique soirée de méditation là, le genre de soirée où justement on réalise que le hazard n’existe absolument pas.

En effet, le lieu de notre naissance, la couleur de notre peau, notre statut social et la famille dans laquelle nous atterrissons ( il faudrait plutôt penser en terme de téléportation), tout cela n’est pas fortuit et n’est absolument pas l’effet du hazard. Et parce que tout cela s’inscrit dans un processus bien ficelé selon les lois de la mécanique celeste, je suis aujourd’hui à l’aise pour dire que je ne suis pas née baoulé par hazard, et ceci est valable pour nous tous autant que nous sommes par rapport à nos origines terrestres. Seulement voilà, peu d’entre nous le savent, parce que mal exercé, ou pas du tout pour écouter la petite voix en nous qui nous guide et nous délivre toutes ces indications extraordinaires qui nous aident et nous délivrent du mal.

Je suis aujourd’hui un humaniste accompli, cela implique que quelqu’impact que je pourrai avoir sur ce monde, je le ferai en tant qu’être humain avant tout autre considération, mais il y a des moments comme ça où parce qu’on a apprit à écouter, et parce qu’on s’est familiariser avec cette petite voix qui au milieu du brouhaha sait se faire entendre, mais surtout se faire comprendre, on s’humilie et on écoute, même si ce qu’elle a à nous dire fait peur parfois. La vérité c’est que je n’ai plus peur désormais car je sais que c’est la seule voix qui rassure et qui apaise.

Seh a wouman, nan kouhon woun ( Ne commet pas le suicide à cause des difficultés de la vie)

À toi héritière de Abla Pokou, descendante de la Reine mère, descendu dans cette contrée pour récréer un nouveau monde, je viens te dire que de grande choses se préparent pour toi. Les générations de ton arrière-grande-mère, celle de ta grande-mère ainsi que celle de ta mère, ont accomplies leur part de la mission. Le moment est venu pour toi de reprendre le flambeau afin de redonner à l’humanité à partir de la Terre-mère de Côte d’ivoire, un nouvel espoir à l’Afrique et au monde.

On m’envoie te dire que cette transition douloureuse que tu traverses en ce moment, n’est qu’une transition, et quelque soit le désespoir et la force des éléments qui s’acharnent contre toi en ce moment, accroche toi! mais c’est vrai, plus que ce qu’ont connues tes prédécesseurs, les éléments se sont vraiment déchainés sur toi au point de te faire perdre tes repères, mais accroche toi, la tempête tire à sa fin.

Il est ainsi libellé

Ce message est à l’endroit de toutes les femmes baoulé de la terre, pauvres ou riches, rurales ou citadines, misérables ou heureuses, pour vous dire qu’il se préparent de grandes choses pour vous, parce que, vous avez été choisies, quelque soit l’endroit où vous vous trouver en ce moment, pour guider l’humanité en lui offrant ce que la femme à de mieux à offrir au monde, c’est à dire la maternité, la sororité, la complicité et votre humanité légendaire à tous ceux qui autour de vous ne font que survivre quant il faut qu’ils vivent.

Ce message comme vous le voyez est somme toute très simple. Il s’agit tout simplement de prendre votre rôle de mère plus sérieusement que vous ne l’avez fait jusqu’ici, et ceci pour vos propres enfants comme la mère que vous devez être pour l’orphelin ou tout enfant qui a besoin de cette affection. Soyez aujourd’hui plus que jamais une sœur pour votre sœur surtout si pour des problèmes de famille, vous vous êtes brouillée avec votre sang, ou avec la collègue au travail parce que la jalousie vous a mal conseillé, ou tout simplement parce que votre égoïsme vous a fait developper de la haine à l’endroit de cette voisine que vous soupçonner de vouloir votre mari. Soyez la complice de votre époux, ce pilier qui a ces côtés fait tenir la maisonnée, cette partenaire que bien d’hommes humilient avant de se rendre compte de leurs erreurs . Et à toutes celles qui malgré l’ouragan ont continué à tenir bon en essayant de ne voir en l’autre que son prochain, on m’envoie aussi vous dire de ne changer en rien et de continuer à rester intègre, il arrive aussi pour vous le temps de la moisson.

Ce message pourrait bien entendu s’adresser à toutes les femmes sans exception et même à tout le monde, ce qui serait même une très bonne chose, seulement, ce n’est pas ainsi que je l’ai reçu. Il s’agit d’une adresse particulière et précise à l’endroit de toutes les femmes baoulé qui vivent sur cette terre. Pourquoi spécifiquement elles, je ne sais pas. Je sais seulement qu’il se prépare pour elles des choses extraordinaires et que toutes celles qui entendrons ce message et feront les ajustements qu’il faut dans leurs vies recevrons cette grâce que le Tout-Puissant s’apprête à déverser sur elles.

Il pourrait aussi s’agir d’un message à l’endroit de tout le monde, mais ceux d’entre nous qui l’ont reçu, savent très bien qu’il y a des instructions spécifiques qui vont avec; le mien stipulait clairement qu’il est à l’endroit de toutes les femmes baoulés, peut-être dans le respect du fonctionnement de la machine céleste, qui fait que nous naissons tous dans une famille, un peuple, un pays précis pour qui nous devenons automatiquement les porte-parole, et à travers qui nous accomplissons notre destin, ou tout simplement à travers qui nous nous réalisons en accomplissant cette tache de servir l’humanité sous cette projection en forme de cercles concentriques.

Pour moi, il n’y a vraiment rien de surprenant, et je crois que je comprend pourquoi ce message m’est parvenu tel quel. En effet je la connais moi cette femme baoulé là, cette femme au dos large où tout le monde vient tous les jours y casser du sucre. Celle là même qu’on accuse de tous les noms d’oiseaux en Côte d’Ivoire quand par exemple la xénophobie vient interrompre un tant soit peu le destin des ivoiriens parce que des politiques véreux n’ont pas su tenir leurs charges. Je la connais cette femme qui tous les jours est la risée de tous, même de gens avec les plus mauvaises dents. Pourtant elle est ce grand cœur qui pour son amour pour tous les humains sans exception, a su être dans ce pays, le symbole et la guerrière qui a le mieux contribué à pacifier les hommes et les femmes après qu’ils se soient entretués. C’est donc à cette femme aujourd’hui moderne et qui parfois se retrouve bien loin de la Côte d’ivoire que ce message s’adresse. Et pour tous ceux dans le monde entier qui ne savent pas ce qu’est la femme baoulé, eh bien laissez-moi vous dire que c’est cette femme là que Ripley’s a présentée dans ces clips sur les fameuses statues de la fécondité de cette tribu d’Afrique de l’Ouest, et qui a donné beaucoup de joie à d’autres femmes du monde qui avait du mal à connaitre le bonheur d’être maman. C’est aussi pour tout ça que ce message a un sens .

La femme baoulé peut être extrêmement belle, mais généralement, elle est tout simplement belle, et c’est de cette simplicité qu’elle évite les extrêmes, un trait de caractère qui lui permet de toujours se placer au centre des intérêts de sa famille et des autres, mais aussi à équidistance des défauts qu’on reproche souvent aux ivoiriens, ce n’est donc pas un hazard si elle vient du centre de ce pays si cher à son cœur, cette Côte d’Ivoire qu’elle représente si bien partout où elle se retrouve sur le globe.

Olivia Yacé, Miss Côte d’Ivoire 2021 / 2nd-runner up Miss world 2021

De la méditation à la prière

Je l’ai dit, ce message n’est en rien un zèle de chauvinisme ou une manière de dénigrer les autres femmes de Côte d’Ivoire ou du monde qui sont tout autant nobles; c’est juste que c’est quelque chose que j’ai reçu comme ça, et il me le fallait délivrer sans altération.

Je sais que bons nombres d’entre vous m’identifieront à un illuminé qui prend du plaisir à déverser ses rêveries ici, ce serait tellement simple, mais je vous l’assure c’est profondément plus spirituel que ça.

il y a déjà un bout de temps que j’ai découvert la différence entre la méditation et la prière, et depuis ce jour, la communication entre le Tout-Puissant et moi est plus que clair, et je vous le dis, c’est quelque chose qui est à la portée de tout le monde.

Voyez-vous, nous passons tout notre temps à seulement prier sans vraiment connaitre comment ça marche et comment il faut s’y prendre pour établir une vraie communication avec Dieu.

Comme vous le savez, pour qu’il y aie communication, il faut qu’il aie au moins deux éléments, l’émetteur et le receveur, mais aussi il faut les moyens de cette communication. Dans le cadre de toute relation à Dieu ( pour ceux qui ont décidé de l’établir), il y a donc Dieu et vous, où la plupart du temps vous êtes l’émetteur, et Dieu, le récepteur, selon vous. Là où ça commence à se compliquer c’est quand vous passer le clair de votre temps à émettre sans laisser le temps à Dieu lui aussi d’émettre vers vous, parce que dans toute vraie communication, ces deux rôles sont interchangeables, mais vous pensez trop souvent que vous êtes le seul qui avez des choses à lui dire, à lui demander, et lui, il est juste là pour vous écouter et exaucer vos vœux; non, ça ne se passe pas comme ça.

Il y a aussi les moyens de cette communication, qui ici sont la prière, mais surtout la méditation. La méditation, c’est pour écouter Dieu quand il parle, on n’écoute pas Dieu en priant, d’ailleurs vous ne pouvez pas entendre quelqu’un quand vous êtes entrain de parlez. Ainsi donc, si vous voulez apprendre à écouter Dieu, apprenez à méditer, parce que c’est précisément à ce moment là où vous vous rendez disponible à lui qu’il peut vous dire ce qu’il a à vous dire et qui n’est pas uniquement des réponses à ce que vous ne faites que lui demander dans vos prières. Et croyez moi, le plus vous écouterez, le moins vous parlerez, et le moins vous demanderez, donc le moins vous prierez. D’ailleurs vous savez qu’il y a plus de sagesse à écouter qu’à parlez, n’est ce pas?

Ainsi donc parce que j’ai appris à écouter Dieu, je médite donc plus que je ne prie, et souvent quand je prie, ce n’est pas pour lui demander quoi que ce soit, il me dit déjà ce que j’ai à faire et comment je dois le faire au cours de mes méditations qui consiste essentiellement à le laisser parler et à recevoir ces instructions qui ne sont pas nécessairement et uniquement à notre endroit; c’est comme ça que je l’ai écouté me délivrer ce message qu’il a voulu adresser aux femmes baoulé de Côte d’Ivoire pour qui il a des surprises agréables pour la Côte d’Ivoire et le reste du monde. Honnêtement, je ne sais pas ce que s’est, seulement ce que je peux dire, c’est que les femmes baoulé pour ce qu’elles ont fait pour la Côte d’Ivoire depuis le début jusqu’à ce jour, Il s’apprête à choisir parmi la jeune génération, donc parmi les femmes baoulé modernes, un bon nombre d’entre elles pour accomplir une nouvelle mission plus grande et encore plus noble que celle qu’a accompli la reine et toutes nos mères après elle. Voici donc ce qu’est ce message à mes sœurs et à mes filles et petite-filles baoulé.

Maintenant pour ceux qui associe la méditation à des pratiques qui viennent uniquement de l’orient, avec souvent dans votre esprit des images de dieux à mille bras, vous vous trompez dangereusement. La méditation, c’est tout simplement quand on se met dans une situation pour mieux écouter ce qu’IL a à nous dire, et la prière, c’est quant on a à LUI parlé. Si vous ne savez pas comment méditer, demandez et vous recevrez cet enseignement gratuit et à la portée de tous.

Jacques Faran K. / Texte original en français.

Share this post

%d bloggers like this: