Côte d’Ivoire, Semaine II

Depuis l’émergence du RDR (Rassemblement Des Républicains) à la tête de la Côte d’Ivoire dans les conditions qu’on sait, il s’est installé dans ce pays naguère en paix avec lui-même et avec ses voisins, une nouvelle forme de despotisme éclairé qui défigure cet état d’Afrique de l’Ouest et qui commence à affecter la sous-région.

Contrairement aux promesses de faire du pays d’Houphouet Boigny un pays émergent et démocratique, le parti dirigeant qui est devenu entre-temps le RHDP (Rassemblement des Houphouétistes pour la Démocratie et la Paix) s’est transformé en une hydre qui dans son projet de phagocyter tous les partis politiques en présence pour ne plus lâcher le pouvoir, a fini par montrer sa vraie intention qui est celle d’assujettir les Ivoiriens en contrôlant tous leurs faits et gestes tous autant qu’ils sont.

Cet absolutisme qui a brisé la cohésion sociale en Côte d’Ivoire et qui leur suce chaque jour un peu plus la vie aux ivoiriens, en cherchant à faire d’eux des zombies qui ne doivent reconnaitre que la voix d’un seul maitre, a transformé ce pays au point où on se croirait aujourd’hui en plein dans cette célèbre trilogie de l’écrivain anglais John Ronald Reuel Tolkien, Le Seigneur des Anneaux . Alassane Dramane Ouattara en starring est Sauron et le peuple de Côte d’Ivoire, le vrai, La communauté de l’anneau.

Alassane Ouatarra, le Seigneur des Anneaux

Aujourd’hui en Côte d’Ivoire, les Ivoiriens craignent de dire tout haut ce qu’ils pensent tout bas ; ils ont peur de parler de leur mal-être et de dénoncer les dérives du pouvoir en place qui petit à petit est en train de réduire ce peuple joyeux et plein de vie, qui a toujours eu la langue bien pendue, en des êtres qui parce qu’ils ont peur d’être pendus, préfèrent se taire et souffrir en silence. Sur les plateaux de télé et de radio qui restent leurs seuls exutoires, ils s’adonnent à la satire burlesque pour laisser éclater en dérision leur douleurs qu’ils déguisent en plaisanterie public quand ils ne se travestissent pas en clowns, juste le temps d’évacuer leur peine.

Si vous êtes de la société civile comme Pulchérie Gballet, vous êtes passible de poursuites judiciaires si la vérité que vous dîtes ne plait pas aux autorités, tout comme vous risquez d’être interpeller si vous agitez un peu trop votre gros postérieur contre les bijoux de famille de l’autorité comme la fait dame Dezy Dokui. Ce crime de lèse-majesté qu’on croyait paradoxalement être l’activité principale à laquelle le gouvernement préfère que le peuple s’adonne, pour l’empêcher de réfléchir sur son sort afin de trouver les solutions de sortie de la misère morale, de la dépravation des mœurs, de l’inculture grandissante et de la déliquescence de l’éducation nationale, qui sont des piliers de l’héritage que ce régime laissera à la Côte d’Ivoire, est une accusation qui surprend. Tout ceci comme la dépréciation du niveau de français des Ivoiriens sous ce régime qui fait partir des choses qui montre qu’on veut cacher au peuple ce qu’il se passe réellement.

Dans une société libre et démocratique, on mène des enquêtes de commodo et d’incommodo avant d’engager des travaux d’utilité publique ; mais les pauvres habitants de la Commune de Port-Bouet où doit passer le prochain ‘’métro’’ qui doit leur rendre service, n’ont pas été servi de notice avant de voir leurs maisons détruites par ce gouvernement qui n’a que faire de la douleur des populations. Pourtant tout cela aurait pu être évité si on faisait passer le métro sous terre comme je crois s’est la définition même de ce type de transport public.

Tout cela et bien d’autres choses, les Ivoiriens les observent sans pouvoir broncher, parce qu’ils savent que depuis sa tour de feu, Sauron qui à l’œil partout, les guette tous qui attend d’envoyer dans un gbaka vert ou sous forme de microbes, ses Nazgûls à quiconque voudra l’empêcher de bâtir sa cité de rêve, dans cet environnement cauchemardesque dans lequel vivent chaque jours ces âmes en peine que sont devenus les Ivoiriens.

Le Peuple Ivoirien, la Communauté de l’Anneau

Mais heureusement, il y a parmi ce peuple, une communauté résiliante qui dans le silence, travaille pour faire échec à tous ces plans funestes du RHDP qui consistent à avilir et asservir les Ivoiriens.

On sait que pour arriver sur le trône, il a fallu qu’à l’aide d’affreux rebelles hétéroclites formés sur la Terre des hommes intègres, le maître d’Abidjan grâce à ces tueurs qui ont intégrés aujourd’hui l’armée, commette mort d’hommes, exactement comme Sauron qui sur Mordor règne grâce à son armée d’orques d’Haradrim avec leurs Mûmakil ainsi que ses trolls.

Heureusement dis-je, contre ces assoiffés de sang, se dressent aujourd’hui une fraternité silencieuse de patriotes, d’intellectuelles, et d’entrepreneurs qui comme le jeune Jonathan qui vient de prouver qu’il n’est pas un nourrisson en affaire après qu’on ait voulu faire mourir son projet, a fini par prouver qu’il n’était pas juste une grande gueule à la beauté d’Elfe, mais qu’il était plutôt prêt à joindre les forces avec des Nains, des Hobbits et tout Homme digne de ce nom, pour former cette communauté qui sauvera la Terre du milieu, la terre d’Éburnie.

Nous continuerons à célébrer encore longtemps notre frère Jonathan Morrison qui malgré les écueils placés sur son chemin, a prouvé qu’avec de la volonté, on peut faire bouger les choses. Ils sont nombreux les jeunes ivoiriens qui comme lui ne demandent rien d’autre que des opportunités pour prouver de quoi ils sont capables, parce que contrairement à Jonathan, ils n’ont pas eu la chance d’avoir un ange gardien comme Mme Morrison pour faire d’eux des milliardaires.

Mais à dire vrai, tout ne réside pas dans la capacité d’avoir la politique de ces moyens ; regardez simplement comment avec tous ces milliards, Didier Drogba, notre icone, notre grand magicien, notre Gandalf n’a pas pu porter à la montagne du Destin, cet anneau des rouages, de la jalousie et de la conspiration, pour détruire le mal qui ronge notre pays et qui est entretenu par tous ceux qui comme Sarumane (je pense ici à des gens comme Venance Konan, Tiburce Koffi, et pas que), ont rejoint Sauron pour servir son projet maléfique. Dans ce sens, Jonathan Morrison mérite vraiment notre admiration.

Les Deux Tours

Il faut savoir qu’Alassane Ouattara à plus d’un tour dans son sac, et jusqu’au bout, il utilisera toutes les armes à sa disposition pour se maintenir au pouvoir. On sait par exemple qu’il a une fiole, une potion magique qui a déjà fait ces preuves et dont ceux qui aiment bien son restaurant devraient se méfier. Mais sa force principale qui lui vient de l’allégeance sans faille qu’il continue de faire à ces maîtres d’occident, est la formule magique sur laquelle il compte dans les cas extrêmes. Jusques ici cette recette n’a pas très bien marché pour corriger l’échec qu’il a essuyé en envoyant certaines de ces créatures contre le peuple de la Terre du Nord-Ouest dont quarante-six de ces éléments lobotomisés, son toujours retenus dans des grottes au bord du majestueux Djoliba.

Nous savons tous qu’à la grande rencontre des peuples de toutes les Terres, qui s’est tenu il y a quelques jours au siège de Pangée, le représentant de ce peuple voisin à bien fait comprendre que son pays ne cédera pas aux menaces que lui profèrent les maîtres de Sauron et tous ses suppôts qui près de nous continuent d’agiter leurs têtes de vipère.

Ce méga discours d’Abdoulaye premier, digne descendant de Soundjata Keïta, dont l’écho continu de résonner bien au-delà de nos frontières, est pour nous un grand signe d’espoir. Il nous réconforte au moment où nous nous apprêtons à engager la bataille de la Terre du milieu pour nous libérer du joug de Sauron qui n’a que trop durer, afin que retourne la paix et notre vrai roi.  

Le Retour du Roi

La prophétie est en marche qui s’accomplira telle que décrite dans le livre des Nanan nans. Plus rien ne nous fait peur désormais, nous sommes prêts pour affronter notre destin dans ce choix libre que nous devons faire pour soit nous ranger du côté des forces du mal ou reconnaitre la lumière qui nous guide dans les ténèbres.

Le compte-à-rebours a commencé, quand il prendra fin, le Seigneur des seigneurs saura reconnaitre les siens.

Pour conclure, je dirais donc que cette semaine, nous retiendrons les noms de Jonathan Morrison, Dezy Dokui, Abdoulaye Maïga et toujours Pulchérie Gballet comme acteurs du progrès dans la démarche de la grande réconciliation ouverte à tous, et qui cette fois, peuvent être qualifiés de membres de la Communauté de l’Anneau.

Comme la métaphore utilisée aujourd’hui est basée sur Le Seigneur des Anneaux, je suis sûr que vous êtes nombreux à vous demander qui dans ce tableau incarne Golum. Eh bien Sméagol ici représente dans cette mauvaise passe que connait la Côte d’Ivoire, tous ces nouveaux ivoiriens-là qui empoisonnés par leur amour démesuré de leur précieux nouveau statut, vivent dans l’illusion que ce pays leur appartient, et qu’ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour empêcher tout changement de la situation actuelle. Tout ce que je puis leur dire à ce stade, c’est qu’il est vraiment temps pour eux de se réveiller.

Une Chronique Hybride de Jacques Faran K.

Share this post

%d bloggers like this: